Vendée | Escapade iodée à Noirmoutier

Après mon introduction sur notre semaine en Vendée, j’avais envie de commencé ma série d’articles sur une île que j’ai beaucoup aimé : Noirmoutier. Cette île de 48 km2 se situe au nord-ouest de la région et est reliée au continent par une chaussée submersible appelée le Passage du Gois. Rassurez-vous, depuis 1971 un pont permet de rejoindre ce petit bout de terre sans être inquiété par les marées.

Comme je vous le disais, on a adoré découvrir Normoutier ! Si vous aimez les plages de sable blanc et la nature, vous serez vite charmé par son authenticité et sa douceur de vivre. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on la surnomme « l’Île aux Mimosas » ! Son micro-climat permet à cette plante de pousser même en hiver. Mais c’est surtout ces dunes de sable, ses pinèdes et ses marais salants qui font d’elle, une île où il fait bon vivre. Retour en images sur cette journée en famille !

| PARTAGER UN MOMENT SIMPLE MAIS SI BON A LA PLAGE DES DAMES

C’est sous un ciel gris et nuageux que nous arrivons à Noirmoutier. Malgré ce temps quelque peu tristounet, le simple fait de savoir que l’on va découvrir cette île nous donne néanmoins du baume au coeur. Les enfants sont surexcités : on leur a promis des châteaux de sable, des glaces et une promenade en forêt. Il n’y a qu’à regarder leurs visages pour comprendre qu’on a visé juste. Vous ne pouvez pas savoir comme j’aime partager ces petits moments, aussi simple soient ils, en famille.

Armés de pelles, de seaux et de râteaux, on s’est posé sur une des plus belles plages de l’île : la Plage des Dames. Un véritable coup de coeur ! En même temps, comment résister devant ses cabines de plage,  son sable blanc et son ponton en bois propice à de jolies promenades ? Et forcément, on comprend pourquoi les producteurs du film « Le Petit Nicolas » ont choisi cet endroit comme lieu de tournage ! Cette plage a un petit je-ne-sais-quoi qui te colle à la peau. Un brin hors du temps. Je n’aurais pas été étonnée de voir débarquer toute une troupe d’estivants habillée comme au 19ème siècle !

Faites défiler :)


 

 

Vu du ciel, tout me semble bien plus beau.
Car à cet instant, quelques rayons de soleil percent les nuages.
Du bleu turquoise au vert émeraude de l’océan.
Du blanc cassé au sable blanc comme neige.
Ce petit bout de terre ressemble à s’y méprendre à un paradis tropical …

 

| SENTIR L’AIR IODE DE LA PLAGE DES SABLEAUX

Après quelques châteaux de sable, nous avons exploré les environs. Entre autre, on a découvert que ce côté-ci était bordée de superbes criques donnant sur la baie de Bourgneuf. A droite de la Plage des Dames, il y a la Plage des Sableaux : plus grande, un brin bohème mais surtout plus familiale.

A gauche, les plages se font plus discrètes mais n’en garde par moins tout leur charme. La plage des Souzeaux est bordée de magnifiques demeures tandis que l’anse Rouge est une toute petite crique parsemée de cabines blanches et d’une maison en forme de phare appelée la Tour Plantier.


| S’ESSAYER A LA PECHE AUX CARRELETS AU BOIS DE LA CHAISE

Je vous ai dit que la plage des Dames est entourée d’une forêt où poussent des pins, des chênes verts et des mimosas sur près de 140 hectares ? On l’appelle le Bois de la Chaise. On a adoré se promener dans ce coin de verdure, sentir l’odeur des pins se mélanger à celui, plus iodé, de l’océan. Un bref moment, je me suis rappelée mon enfance en entendant le craquement des feuilles mortes et leur bruissement sous chacun de mes pas.

Mais c’est surtout l’estacade qui a retenu notre attention. L’embarcadère du Pornic est prisée par les pêcheurs du dimanche quand ce ne sont pas par les curieux. On observe le va-et-vient des bateaux et des filets qui s’agitent sous le poids des « abyssoux ».

Ici, on s’essaye aux carrelets, une sorte d’armature à quatre brins sur laquelle on fixe un filet à petites mailles de un mètre de chaque côté. On jette l’appât dedans et on l’immerge à 1m ou 1m50 dans l’eau. On le remonte toutes les 3 minutes à peu près. Avec un peu de chance, le filet est plein de poissons qu’ils attrapent avec une épuisette.

| FLANER A NOIRMOUTIER EN L’ÎLE

Noirmoutier en l’Île a vu se succéder des générations de vacanciers. C’est un peu la « capitale » de l’île ! On ressent d’ailleurs cette effervescence le matin au moment du marché. Par curiosité, allez donc faire un tour dans le vieux quartier du Banzeau. Vous verrez des noms de rues un peu farfelus comme celui de la Rue des Trois Ivrognes. A ce qu’il parait que chacune a sa propre histoire …

Le centre mérite qu’on s’y attarde, le temps d’une virée gourmande ou shopping. On trouve quelques boutiques aux devantures colorées. Des roses trémières dans chaque recoin. Des façades de maisons blanches. Et surtout une furieuse envie de se laisser porter par nos pas. Et tant pis, si on se perd. C’est justement là qu’on fait les plus belles découvertes.

Et si vous avez le temps, ne manquer pas la visite du Château de la ville. La vue en haut du donjon est absolument magnifique d’après ce qu’on m’en a dit. Malheureusement, il était fermé ce jour là.

| Le village de Vieil

Vieil est un de ses villages typiques aux maisons blanches qui nous a le plus séduit. Authentique. Calme. Et cette impression d’être coupé du reste du monde. Les rues pittoresque sont bordées de sable. Tandis que nous vient en fond sonore le bruit des vagues. Si je devais passer une semaine avec ma petite famille, ça serait ici.

| Découvrir le port de pêche de L’Herbaudière

Situé à l’extrémité nord de l’île, L’Herbaudière est connu pour être le principal port de pêche de Noirmoutier. En traversant le centre, on a aperçu une bonne centaine de bateaux amarrés dans le port. Les mouettes virevoltaient au dessus des chalutiers, leurs drapeaux à casiers claquant au gré du vent.

On a préféré se poser sur la longue plage de la Linière à droite du port. Puis on est remonté vers la Pointe de l’Herbaudière. Les herbes hautes et sauvages recouvrent la totalité des dunes. Et lorsque le vent souffle, le sable virevolte jusqu’en haut de la plage, laissant quelques traces fugaces sur le bitume. Je préfère ce côté-ci, plus marqué par les embruns. Peut-être à cause de cette petite lande qui abrite un ancien blockhaus tournée vers la mer. Un vestige du passé qui mérite d’être conservé.


| Se perdre dans les marais salants

Que serait cette petite île sans ses marais salants ? On les trouve du côté de Noirmoutier en l’Île et l’Epine. D’ailleurs, saviez vous qu’ils recouvrent 1/3 de l’île ?! Cet engouement est du au commerce de « l’or blanc » qu’exploite une centaine de producteurs. Une récolte totalement artisanale et dans le respect des traditions. De nombreuses visites sont organisées pour comprendre la technique des sauniers.

Vous trouverez le long de la route des petites cabanes en bois qui vendent de la fleur de sel, du gros sel ou encore de la salicorne. Sans oublier les cabanes ostréicoles qui proposent quand à elles, les délicieuses huitres de Noirmoutier !

Si vous avez un peu de temps, ne manquez pas de faire une balade à vélo pour apprécier plus encore le paysage. Plus de 80 km de pistes cyclables sont aménagées sur l’île.


| Jouer à cache-cache avec les moulins de la Guérinière

Autrefois appelée l’Île aux cent Moulins, on n’en compte plus qu’une vingtaine dont la plupart ont été restauré. En suivant le sentier cotier de la Guérinière, on peut en apercevoir quatre en bordure de dunes. On les surnomme les Moulins de la Cour. En regardant bien vous remarquerez que l’un d’eux, le Moulin d’Amour, n’a plus d’ailes.

| Le Passage du Gois à marée haute

Au départ, on avait prévu de nous rendre au Passage du Gois à marée basse pour ramasser des coquillages mais ce matin là, on a pris un peu de retard. A notre arrivée, on a pas réussi à trouver une seule place pour se garer. Bon j’entends par là, une place du côté de la route qui n’est pas submersible. Puisque Nico n’a pas voulu qu’on se gare sur le sable de peur de se faire surprendre par la marée.

On est donc revenu en fin d’après-midi et la marée était déjà bien haute. On ne voyait même plus le bitume. C’est plutôt impressionnant de voir les panneaux sous l’eau. Mat’ regardait tranquillement la mer remonter la route  tandis que Mimi faisait des Oh et des Ah en voyant les oiseaux au dessus de nos têtes.



Et vous, êtes vous déjà allés à Noirmoutier ?

 

N’oubliez pas de commenter, d’épingler et de partager autour de vous ;)

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures,

Marjo & Nico

 

 

 

3 commentaires

Laisser un commentaire