Une semaine en Vendée : conseils & itinéraire

Si vous vous souvenez bien, fin juin nous sommes partis en famille pour une semaine de vacances en Vendée. Une première pour notre petite tribu puisqu’on ne connaissait pas du tout la région ! A cette occasion, on a logé dans un camping 5 étoiles au Château d’Olonne. Bon je dois vous avouer qu’en matière de camping, je suis totalement novice en la matière. Aussi, lorsqu’on nous a proposé de tester un de leur mobil-home, je n’ai pas hésité bien longtemps. En même temps, comment résister quand on sait qu’il se trouve qu’à 600 petits mètres de l’océan et dans une des plus jolies stations balnéaires de la côte atlantique : les Sables d’Olonne ?!

En tout cas, on a passé une semaine formidable à découvrir les sites incontournables de la Vendée. En étant pas très loin, on en a profité pour aller sur l’île de Ré et l’île d’Oléron en Charente-Maritime. Je rêvais d’y faire un saut depuis un petit moment déjà, et je n’ai pas regretté un seul instant d’avoir fait ce (long) crochet.

A travers cet article, vous trouverez nos conseils, informations et itinéraire pour une semaine en Vendée. Nos étapes seront racontées plus en détails dans de prochaines publications.

La Vendée en chiffres


— 2700 km parcourus (dont 1200 sur place),
— 4 pleins de gasoil,
— 8 glaces,
— 4 préfous à l’ail,
—  3 îles,
— 1 balade en vélo,
— 3 canicules,
— 1 paire de claquette cassée,
— 1382 photos prises.

Notre hébergement


Comme je vous le disais plus haut, nous avons passé la semaine au Camping Bel Air qui se situe à 2 minutes des Sables d’Olonne.

Découvrez la vidéo de ces 7 jours passés au camping !
A visualiser en HD, c’est bien plus joli ;)

Ce camping 5 étoiles propose un parc aquatique couvert et chauffé ainsi qu’une piscine à l’extérieur avec des toboggans, des pataugeoires pour les plus petits, des jacuzzis ou encore une rivière à contre-courant. Une aire de jeux toute neuve avec tyrolienne fait le bonheur des enfants. Pour tout vous dire, on a pas passé un jour sans nous rendre à l’un et l’autre matin et/ou soir. C’était vraiment agréable de pouvoir se prélasser après une journée bien chargée à explorer les moindres recoins de la Vendée. Et même s’il ne fait pas beau, on peut se caler à l’intérieur.

Nous avons logé dans un mobile-home de la gamme Authentique pour 4/5 personnes. Celui-ci est composé de deux chambres, d’une pièce à vivre avec la cuisine et le coin tv ainsi que d’une salle de bain et de WC. J’avais peur qu’il ne soit un peu petit mais finalement j’ai été agréablement surprise : il y a des placards et des rangements partout, et la terrasse est un véritable plus surtout en été pour manger dehors ou prendre l’apéro. Le bungalow était assez récent et propre. Assez fonctionnel, il manquait peut-être un peu de vaisselle mais je crois qu’on pouvait en demander à l’accueil. Le seul point négatif qu’on pourrait relever est l’absence de barrière sur la terrasse pour empêcher les plus petits de se faire la malle ! Du coup, on bloquait le passage avec les chaises en plastique. Mais bon, ce n’était pas non plus la fin du monde ! Autre point à relever, plutôt positif, c’est la présence d’une plancha pour se faire des barbecues. Parce que bon pour nous, un été sans barbecue, c’est pas un vrai été !

Coté service, on trouve une supérette pour dépanner ainsi que d’une laverie disponible 24h/24. On peut également avoir le wifi depuis le mobile-home (service payant) ou bien gratuitement à la réception. On a aussi testé la location de vélo avec remorque et siège pour les enfants. Rien à redire, on a passé une superbe matinée à nous balader sur les Sables d’Olonne.

En tout cas, si vous recherchez un hébergement familial et ludique pour vos vacances en Vendée, le Camping Bel Air est l’endroit idéal !

 

Notre itinéraire


Tous les articles sur notre semaine en Vendée sont répertoriés ici. Pour les consulter, cliquez sur l’image qui vous intéresse !

Day 1
Lyon → Les Sables d’Olonne

9H30. La voiture est chargée (comme une mule, c’est le cas de le dire), et nous prenons la route pour rejoindre la côte atlantique. A peine sommes nous sur l’autoroute que nous tombons sur un bouchon de 40 minutes suite à l’accident d’un poids-lourd transportant de grosses carcasses de viandes. Quand je vous dis qu’on a pas de chance …

Sur le trajet, nous faisons trois pauses et c’est vers 18h30 que nous arrivons aux Sables d’Olonne avec un accueil des plus sympa : la Patrouille de France est en plein meeting aérien et le ciel semble à s’y méprendre à notre drapeau français. Nous nous arrêtons à l’aérodrome qui se situe juste à côté de notre hébergement, et regardons quelques minutes ce magnifique ballet aérien. Mat’ a des étoiles pleins les yeux et Mimi lâche des « Oh » et des « Ah ».

L’accueil du Camping bel Air est sur le point de fermer et nous hâtons le pas pour récupérer les clefs et régler les dernières formalités. Pour entrer dans le camping, un appareil à l’entrée scanne notre plaque d’immatriculation et nous laisse entrer (pas mal comme système). Notre bungalow de la gamme Authentic se situe dans un endroit plutôt calme. On fait l’état des lieux nous-même, posons nos bagages et partons faire quelques courses au Géant du coin.

Nous nous posons enfin sur la terrasse après avoir rangé nos valises et nos courses. Il est déjà 10 h et les petits viennent tout juste de s’endormir lorsqu’on entend un énorme Boum ! C’est Mimi, qui est tombé du petit lit. Nous la rapatrions dans notre chambre pour la semaine, tant pis pour l’intimité …

DAY 2
Les Sables d’Olonne

Aujourd’hui, réveil en fanfare à 6h15 ! Les petits sont surexcités, nous un peu moins, il faut dire qu’on a encore la tête dans le cirage. Le Camping est doté d’un superbe parc aquatique et depuis qu’on leur a montré hier soir, ils n’attendent que ça ! Sans parler de leur nouvelle aire de jeux avec tyrolienne. La piscine ouvre à 10h pétante et nous voilà, en maillot, prêt à investir les lieux pour la matinée.

L’après-midi sera consacrée à l’exploration des environs. Malgré la chaleur, nous commençons par les marais salants des Îles d’Olonne (le marais des Fèves) et finissons à la plage de Sauveterre. Mais grosse surprise : la plage est noire de monde ! Comme nous ne sommes pas très fans des bains de foule, la ville semble être une bonne alternative. Premier arrêt à la corniche du Nouch et le joli phare de l’Armandèche. Juste à côté se trouve un superbe bassin à l’eau turquoise, lui aussi pris d’assaut.

En redescendant vers le quartier de la Chaume, le Prieuré Saint-Nicolas offre un panorama exceptionnel sur la Grande Plage et le phare depuis son parvis. Nous nous perdons un instant dans un dédale de rues colorées où les roses trémières fleurissent tous les mètres. Dernier petit arrêt au Puits d’Enfer mais comme la marée est basse nous repartons vers le camping pour profiter de la piscine avant sa fermeture à 19h30.

DAY 3
Île de Ré

Encore un réveil aux aurores mais cette fois-ci, c’est pour la bonne cause puisque nous nous rendons sur l’île de Ré ! Celle-ci se trouve à 1h10 des Sables d’Olonne, donc autant en profiter dès les premières heures surtout que la météo a prévu une canicule d’enfer. En arrivant au péage, on s’acquitte de 8€ pour traverser le pont (prix en basse saison) et nous dirigeons vers l’office du tourisme pour récupérer une carte de l’île.

Notre premier arrêt sera la ville de la Flotte, avec un charmant petit port, des ruelles fleuries et un splendide marché où on ne savait plus où donner de la tête. On achète quelques sandwichs qu’on mangera dans la pinède, non loin de la plage de la Pointe du Grouin à Loix.

A Saint-Martin-de-Ré, on a marché jusqu’au phare tout en longeant le port. Sur la route, on est tombé sur les marais salants du Fier et l’Ecluse à poisson. Je n’ai pas pu résister à faire quelques photos dans un champ de coquelicots. C’était tellement joli !

La chaleur devient oppressante et nous terminons cette journée au Phare des Baleines. La mer au bout de l’île est tellement belle, d’un bleu turquoise envoutant. En passant devant le glacier de chez la Martinière, on a craqué pour une de leurs délicieuses glaces. Finalement, on descendra jusqu’à la Rochelle pour nous rafraichir un peu à L’Aquarium.

Lire l’article 

DAY 4
La Côte vendéenne

Cette journée sera consacré à la découverte des sites incontournables de la côte vendéenne. On a commencé par l’anse de l’Aiguillon, réserve naturelle totalement déserte ce jour là. Cette baie est d’ailleurs classée en raison de sa flore et de son importante réserve ornithologie.

On peut aussi observer les oiseaux depuis la Pointe dArçay. Je suis montée tout en haut de l’observatoire et la vue était vraiment chouette. Mon coup-de-coeur revient au charmant petit village de Tranche-sur-Mer : toutes les maisons sont d’un blanc immaculées, d’ailleurs on a l’impression que toutes les rues se ressemblent. Et la plage de la Pointe du Grouin du Cou est à couper le souffle. Au loin, on aperçoit le phare cerné par les pins.

En cherchant un peu, on a trouvé un des sites de Mégalithes du coin. Celui du Bernard du Puessis. Il y en également 2 ou 3 autres mais impossible de mettre la main dessus, et ce n’est pas faute d’avoir tourné en voiture. La journée se termine à la Pointe du Payré à Jard-sur-Mer. Il y a une très grande plage de sable blanc plutôt sympa, qui pour une fois, n’était pas bondée. On en a profité pour pousser jusqu’au point de vue sur le reste de la côte puis retour au bungalow.

Lire l’article

DAY 5
Île d’Oléron

L’île d’Oléron est sans nul doute mon coup de coeur de la semaine. Malgré les 2h de route, je suis tombée amoureuse de ce petit bout de terre colorée. Avant de passer le pont, nous nous arrêtons au Fort Louvois. La marée est haute, impossible de traverser aussi nous rebroussons chemin. Notre première escale sera le Château d’Oléron : je vous le conseille c’est tellement colorée, il y a des maisons et des cabanes de pêcheurs à tous les coins. Les amoureux de photographie se feront plaisir, à coup sur !

Nous suivons ensuite la route touristique de l’Huitre et tombons sur un petit port avec des maisonnettes toutes mignonnes. Boyardville sera notre prochain arrêt. Pour observer Fort-Boyard, ne vous arrêtez pas à la première plage en travaux (où il y a la brasserie) mais remontez plutôt jusqu’à la prochaine plage de Boyard. Nous avons laissé la voiture sur le bas côté juste après le camping, et après 15 minutes de marche dans la forêt domaniale des Saumonards on est tombé sur une magnifique plage de sable blanc. Et il était là, au loin à 2 ou 3 kilomètres. J’avais cette petite chanson dans la tête, vous savez celle du générique de l’émission !

On finit par atterrir à Saint-Denis-d’Oléron pour boire un coup en terrasse. J’en profite pour faire un crochet à la plage de la Boirie pour découvrir ses cabines de plages de toutes les couleurs. Nous poussons jusqu’à la Pointe nord de l’île, le « bout du monde », où nous attend le Phare de Chassiron. Mat’ et moi grimpons tout en haut, la fin est plutôt difficile pour un petit, aussi nous prenons notre temps. Mais à la fin, la récompense est là : une vue exceptionnelle sur l’île d’Oléron, l’île de Ré au large et sur Fort-Boyard. Nous rentrons en fin d’après-midi au camping avec de belles images plein la tête.

DAY 6
Île de Noirmoutier

On ne pouvait quitter la Vendée sans visiter l’île de Noirmoutier ! J’avais un peu peur de voir la même chose que sur l’île d’Oléron ou l’île de Ré, et finalement j’ai été agréablement surprise. Chacune à vraiment ce petit truc, cette différence qui fait qu’on ne peut décemment pas les associer entre elles. Noirmoutier est authentique, atypique et un peu hors du temps.

On a marché le long de la plage des Dames et découvert la jolie pinède du Bois de la Chaise. On est tombé sur le grand port de pêche de l’Herbaudière. On s’est perdu dans les marais salants entre l’Epine et Noirmoutier en l’île. On a joué à cache-cache avec les moulins de la Guérinière. Et on s’est arrêté devant la route engloutie au Passage du Gois. Bref, c’était une belle journée en famille.

Lire l’article

DAY 7
Les Sables d’Olonne à vélo

Dernier jour en Vendée. Le matin, nous louons des vélos au Camping pour découvrir le centre ville des Sables d’Olonne. La ville y a emménagé tout un circuit à vélo qui suit la côte. C’était plutôt sympa, les petits ont adoré se faire balader dans les remorques à l’arrière.

L’après-midi sera consacré au rangement et aux valises. Sans oublier un petit plouf à la piscine et un cocktail au bar. Je crois que c’est le premier soir où on se posait à la terrasse du camping.

DAY 8
Les Sables d’Olonne → Lyon

Et voilà, nos vacances se terminent. Après avoir rangé et nettoyé le mobile-home, nous chargeons la voiture pour entamer nos 7h30 de route jusqu’à la maison.

 

La Vendée et ses incontournables


— Les marais salants : de nombreux marais salants ont été réhabilité afin de faire revivre l’histoire et l’exploitation du sel. D’ailleurs la récolte de cet « or blanc » se fait de mi-juin à mi-septembre. Un travail minutieux qui se fait à l’année malgré ce qu’on en pense. De nombreuses balades ou visites de marais sont possibles. Nous avons préféré ceux de l’Île d’Olonne et de Noirmoutier.

— Les plages : comment résister devant ses plages de sable blanc, ses côtes sauvages et ses balades en bord de mer ? 250 km de côtes sont protégées dont 140 km de plage. La plupart sont à arpenter à pied notamment le GR8 qui longe le littoral vendéen de Bouin jusqu’à l’Aiguillon-sur-Mer. Les amateurs de vélo se feront plaisir grâce aux pistes cyclables aménagées dans les vallons ou sur la côte.

— Le Puy du fou : si vous aimez les parcs de loisirs avec des spectacles thématiques historiques, le Puy du Fou fera votre bonheur, que vous soyez petits ou grands. Le soir, ne manquez pas la Cinéscénie à ciel ouvert qui réunie plus de 14 000 spectateurs pour une représentation haute en couleurs.

— La Venise Verte : La Vendée est aussi connue pour son marais Poitevin. Nous avons choisi de rester sur la côte pendant cette semaine mais si vous en avez l’occasion, louez une barque traditionnelle pour arpenter la partie mouillée de la Venise Verte. Il existe plusieurs embarcadères pour découvrir les 29 000 hectares du marais. Cet endroit unique protège une faune et une flore plutôt rare, encore préservée, dans un dédale de conches ombragées qui n’attend plus qu’à dévoiler ses petits secrets.

— Les îles de Noirmoutier et d’Yeu : Noirmoutier est une des îles à ne pas manquer si vous êtes de passage en Vendée ! Celle-ci est reliée au continent par le Passage du Gois, une chaussée submersible à marée haute. Rassurez vous, depuis 1971, on peut également y accéder grâce à un pont. On la surnomme aussi « l’île aux Mimosas » en raison de la douceur du climat en hiver. En dehors des 5 villes, on trouve des dunes de sable, des marais salants, des bois et des forêts sur près de 400 hectares.
L’île d’Yeu, quant à elle, et plus petite mais promet des paysages tout aussi spectaculaire. Nous n’avons pas eu le temps d’y aller, en même temps, il faut faire la traversée en bateau pour rejoindre ce petit bout de terre la plus éloignée de la côte atlantique. Mais elle promet des criques à l’eau turquoise, des landes balayées par les vents, une côte sauvage et des ports de pêche authentiques.

La gastronomie vendéenne


En passant une semaine en Vendée, nous n’avons pas pu passer à coté de sa gastronomie, une cuisine qui oscille entre terre et mer. Voici quelques unes des spécialités que vous devez absolument gouter :

— La brioche vendéenne : tressée à la main depuis des siècles, dorée sur le dessus. Elle donne envie de se lever le matin ! Sachez qu’à l’époque, la tradition imposait aux parrains et marraines de la mariée d’offrir une brioche de 20 à 30 kg !

— La fleur de sel : aussi appelée l’or blanc. La fleur de sel fait le bonheur des cuisiniers ! On la retrouve à toutes les sauces, aussi bien salées que sucrées. Elle est récoltée par les sauniers dans les marais salants du pays d’Olonne.

— La mogette de Vendée : c’est l’haricot blanc de la région. On l’accompagne le plus souvent avec un gigot ou le jambon de vendée, ou on la mange tout simplement nature avec une noix de beurre. Les amateurs la préfère sur une tartine grillée, frottée à l’ail, beurrée et recouverte de mogettes chaudes.

— Le préfou : une de mes spécialités préférées qu’on déguste généralement à l’apéritif ! Ce pain est garni d’ail frais et de beurre salé que l’on réchauffe ensuite au four. On le trouve dans toutes les boulangeries.

— Le fion vendéen : alors oui le nom fait sourire mais ce dessert est vraiment à se taper le cul par terre ! Cette recette date du Moyen-Âge et est préparé avec des œufs, du sucre, du lait, de la crème fraîche, de la vanille et de la cannelle. Ensuite la crème aux oeufs est cuite dans une timbale de croute sablée. Un vrai délice !

— Les produits de la mer : mais que serait la Vendée sans ses fruits de mer ? Le must à déguster en bord de mer sont bien évidemment les huitres de Vendée Atlantique (trois bassins ostréicoles : Noirmoutier, Talmont-Saint-Hilaire, et la Baie de l’Aiguillon). Saviez vous que la Vendée produit 10 000 tonnes d’huîtres chaque année ? On trouve également les moules de Bouchot, élevées dans la Baie de l’Aiguillon ; ainsi que la sardine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (label rouge).

— Le vignoble des Fiefs Vendéens : quoi de mieux que d’accompagner ses spécialités qu’un excellent vin de la région ? Le vignoble des Fiefs Vendéens est un AOC depuis 2011 et provient de cinq terroirs distincts : Brem sur Mer, Chantonnay, Mareuil sur Lay, Pissotte et Vix. Vous m’en direz des nouvelles !


Alors, ça vous a donné envie de découvrir la Vendée ?


Epinglez et partagez autour de vous !

A très bientôt pour de nouvelles aventures,

 

Marjo & Nico

 


Cette semaine en Vendée est le fruit d’une collaboration avec Cybele Vacances. Comme toujours, je reste libre dans mes propos et le choix des photos.

2 commentaires

  1. Je souris tout le temps aux articles sur la Vendée. J’y suis née, j’en suis partie très vite à 18 ans avant d’y revenir il y a quelques années. J’entretiens une relation bizarre avec mon département natal, entre amour et haine.
    Bref. Je suis contente que vous ayez apprécié votre séjour. En plus, vous avez eu de la chance, parce qu’en juin, il faisait beau (on ne peut pas en dire autant maintenant, pauvres touristes…). J’habite personnellement dans le Nord-Ouest Vendée, à quelques kilomètres de l’Île de Noirmoutier, donc je connais assez mal Les Sables d’Olonne, ville vers laquelle je ne vais pas souvent – à vrai dire, je n’aime pas la foule, alors pas la peine de me parler du départ du Vendée Globe ^^ En fait, je me rends compte qu’à part La Roche sur Yon et mon petit Nord-Ouest (allez, un passage au Puy du Fou de temps en temps), je connais assez mal le reste de la Vendée, surtout vers le Sud. Comme on dit, ce sont toujours les cordonniers les plus chaussés :) Ton article me donne envie de longer la côté vendéenne jusqu’à la Tranche…

    1. Coucou Majaah, c’est le moment de découvrir la côte vendéenne ;) En septembre, il y a toujours moins de monde que pendant les périodes estivales. On a toujours envie d’explorer ce qui est loin de chez nous et pourtant, tout près il y a aussi de véritables petits trésors ;)

Laisser un commentaire