Nos incontournables aux Sables d’Olonne

Bienvenue aux Sables d’Olonne, la cité natale du Vendée globe. Cette station balnéaire balayée par les vents a été notre port de pêche lors de notre séjour sur la côte atlantique. Il faut savoir que Les Sables sont le terrain de jeu idéal pour les familles et les sportifs : entre sa plage de sable blanc, son port de pêche, son littoral un brin escarpé et ses quartiers populaires où les roses trémières sont les reines de l’été … On tombe vite sous le charme de cette ville ensoleillée.

Par ailleurs, si vous aimez les plages sauvages, les dunes, les marais salants et les pinèdes, vous êtes aussi au bon endroit ! Découvrez à travers cet article tous les coins que nous avons adoré et qu’on vous recommande si vous décidez de passer quelques jours dans cette ville balnéaire.

 

LES SABLES D’OLONNE,
QUAND VIENNENT LES BEAUX JOURS …


— Assister au ballet aérien de la Patrouille de France

En arrivant aux Sables d’Olonne, on est tombé sur un des plus beaux spectacles de voltige aérien : le Vendée Airshow ! Une belle occasion de découvrir le monde de l’aviation via des démonstrations d’acrobaties et de compétitions freestyles. Pendant le show de la Patrouille de France, huit de ces Alphajets nous en ont mis plein les yeux, c’était vraiment impressionnant à voir.

— Se perdre dans les marais salants de l’Île d’Olonne

C’est sans aucun doute le moment que j’ai le plus aimé ! Situés à 1km du village des Îles d’Olonne, on trouve encore 3 marais salants en activités notamment la Salorge de la Vertonne que nous avons pris le temps d’explorer. Malgré la chaleur écrasante, la balade autour de l’exploitation était agréable et plutôt sympa. La couleur du marais tirait du vert pâle au rose, un peu comme un nuancier où chaque teinte était représentée. Mat’, mon petit photographe en herbe, a du prendre au moins une trentaine de photos !

Faites défiler

— Se balader sur la Corniche du Nouch jusqu’au phare

Du côté du Port des Sables, se trouve le dernier phare construit en France : l’Armandèche. Haut de ses 39 mètres,  il a été bâti en 1968 pour remplacer la Tour d’Arundel, dont les feux étaient masqués par la construction de nombreux immeubles dans les années soixante. Pour monter au sommet, une volée de 193 marches vous attend mais il est ouvert au public seulement lors des Journées du Patrimoine.

S’il y a bien une petite balade à faire, c’est bien celle de la Corniche du Nouch. Garez vous sur le parking de la Route Bleue et remontez jusqu’au phare. Longez ensuite la côte sauvage de la Chaume jusqu’au Bassin Dombret, là une piscine naturelle à l’eau de mer vous attend ! L’eau y est incroyablement belle : par moment, le soleil nous renvoie des reflets bleus émeraudes et une myriade de petits diamants qui se reflète à la surface de l’eau.

— Prendre une bonne dose d’embruns au Prieuré Saint-Nicolas

En remontant vers le port, on est tombé sur une très belle église dédiée au patron des marins : le Prieuré Saint-Nicolas. De là haut, on a une vue extraordinaire sur la Grande Plage et le remblai. L’air iodé remplissait nos poumons et les embruns salés frappaient nos visages. On se sentait libre. Libre de nos sens, de nos mouvements. Tandis que les vagues successives annonçaient le retour imminent de la marée.

Et même si aujourd’hui, elle n’accueille que des expositions et des concerts, n’hésitez pas à entrer dedans pour admirer le travail de restauration qui a été fait depuis 1978.

— Découvrir les ruelles colorées du Quartier de la Chaume

Ah, le quartier de la Chaume. C’est sans nul doute mon préféré ! Ici, les marins et les maraichers se côtoient dans un méli-mélo de bateaux à l’envergure plus ou moins démesurées. Bienvenue dans le 4ème port de pêche de France. Qu’il soit à voile ou à moteur, on assiste à un véritable ballet de chalutiers et de voiliers. Un va-et-vient sous bonne escorte. D’ailleurs les goélands n’en perdent pas une miette !

Et si le coeur vous en dit, ne manquez pas le charme des ruelles de la Chaume. Un véritable havre de paix colorée où les maisonnettes blanches aux volets bleus ou verts donnent tout de suite le ton. Ouvrez l’oeil, laissez vous guider par vos sens dans ce dédale fleuris. De jolies surprises vous y attendent …

Faites défiler

— Se faire quelques frayeurs au Puits d’Enfer

En bordure de la ville, du côté du Château d’Olonne, se trouve le Puits d’Enfer. Située sur la côte rocheuse, cette faille forme un mini-canyon d’une cinquantaine de mètres où la mer s’engouffre avec force lorsque la marée remonte.

De nombreuses légendes sont nées là-bas, notamment celle du marin pleurant et demandant pardon à sa fiancée dont il n’avait pas honoré sa promesse de mariage. En tout cas, l’histoire vraie d’une malle ensanglantée retrouvait dans le Puits d’Enfer a fait beaucoup parlé. On y aurait trouvé le corps d’un homme assassiné par sa domestique après la seconde guerre mondiale. En tendant l’oreille, vous entendrez peut-être les cris d’un noyé ou les plaintes d’un marin maudit …

— Longer le front de mer à vélo

La grande particularité des Pays d’Olonne est d’avoir amménagé des sentiers cyclables et balisés. Aussi, on ne pouvait pas partir sans découvrir ses paysages à vélo ! Une grande partie de la Vélodyssée traverse cette partie de la côte Atlantique.

On a donc choisi de partir du Château d’Olonne et de longer la piste cyclable du littoral. Pour finir dans le quartier de la Chaume sur le quai des Boucaniers, tout près de la Tour d’Arundel. Une très belle balade de 2h30 où l’on a pu prendre le temps d’admirer la Grande Plage et celle de la Tanchet.


Alors, ça vous tente de faire un tour aux Sables d’Olonne ? 

Epinglez, partagez, commentez ;)

A très bientôt sur le blog,

Marjo & Nico

5 commentaires

  1. Très joli reportage, Bravo ! Pour votre travail… Cependant je voudrais vous signaler deux petites erreurs. Le phare de l’Armandèche n’a pas été construit pour remplacer le phare des Barges (toujours en fonctionnement), mais la tour d’Arundel, dont les feux étaient masqués aux marins, par la construction de nombreux immeubles depuis les années soixante.
    Vous parlez de légende à propos de la malle sanglante du puits d’enfer. Sachez que c’est un fait divers qui s’est produit après la dernière guerre.
    Une bonne ayant tué son patron parisien, vint effectivement (en taxi) jeté le corps de ce dernier dans cette anfractuosité naturelle, puisque étant enfant, se promenant avec son grand-père au puits d’enfer, l’aïeul avait dit à l’enfant : « tout ce que tombe dans cette faille ne réapparaît jamais »… Malheureusement, pour Andrée la meurtrière, quelques temps plus tard, les gamins d’une colonie voisine, découvrirent la malle flottant dans les eaux rageuses, de cette curiosité géographique…

  2. Très jolies photos et reportage sur les Sables . Je connais très bien . Mon mari y est né , ma BM y habite toujours près du puit d’enfer ! On y passe tous les ans des vacances .

  3. Super ce reportage ! j’ai appris plein de chose =) En tout cas ça a l’air vraiment sympas à découvrir que se soit à pied ou à vélo !
    J’aime beaucoup les légendes et faits divers sur le puits d’enfer !!

Laisser un commentaire