L’Anse Meunier … Appelée aussi l’anse Moustique, cette petite plage du bout du sud de l’île pourrait être aussi célèbre que sa consoeur qui se trouve juste à coté : la grande Anse des Salines. Pourtant c’est tout le contraire – et tant mieux – malgré ses eaux turquoises, son sable blanc et son littoral plus que sauvage. Je me suis posée la question, le week-end dernier, alors que l’on quittait la route pour rejoindre la plage : pourquoi n’est elle pas prise d’assaut par les touristes ? Et pour y être allée plusieurs fois, je pense que c’est à cause de son accès plus que chaotique. Entouré par la mangrove et d’anciens marais salants, cet endroit est aujourd’hui devenu un site protégé de chasse.

Après avoir déchargé la voiture, on s’est installé sous les arbres et on a déballé notre barda. N. rejoint ses amis venus pour l’occasion, et ils s’installent dans l’eau autour de leur bar flottant. Comme il avait plu, l’eau n’était pas claire, le sable ravinant un peu. Des algues s’étaient aussi échouées sur la plage. Dommage, les photos sous l’eau ça sera une autre fois … La particularité de cette plage est d’être entourée d’une végétation assez dense, permettant ainsi de s’abriter un peu lorsqu’il pleut. On trouve des raisinniers, des palétuviers ou encore des gommiers. La plage est bordée de sanseverias ou « Langue de belle-mère » qu’ils appellent ici … – mouah ah ah, j’adore ! -. Mais attention où vous allez poser vos p’tites fesses, il y a pas mal de mancenilliers dans le coin (trait rouge dessiné sur chaque tronc) ! L’eau ruisselant des feuilles contient des éléments toxiques, et je vous parle même pas de son fruit en forme de pomme : c’est de l’acide à l’état pur !

Cette plage est aussi fréquentée par les ramasseurs de crabes; sous l’orée des arbres, des pièges surnommés des « ratières » étaient installés. Pas mal de crabes étaient de sortie, il y en avait de toute les couleurs et de différentes espèces : oranges, blancs et même bleues ! Par ici, il y a beaucoup de  crabes violonnistes ou « cé ma fôt » en créole  – pour la petite histoire, c’est à cause de leurs pinces de taille inégale qu’ils actionnent tout le temps avec un mouvement de balancier -. Les mâles draguaient les femelles en faisant claquer leurs pinces à l’entrée de leurs terriers. Si on pouvait faire pareil, me dit N., ça serait trop bien ! C’est la fin de la journée, dernier plongeon avant que les yanyans ne débarquent en force – et oui, on ne l’appelle pas l’anse Moustique pour rien … -. Finalement, on repart au bon moment : une pluie torrentielle s’abat sur nous. Le temps de charger la voiture et d’installer P’tite Crotte on est trempé de la tête au pied. Sur le retour, petit arrêt pour admirer la « femme couchée » du morne Larcher et le rocher du Diamant. Il n’y a pas à dire, les couchers de soleil sont vraiment magnifiques par ici …

sur la route 1sur la route 2sur la route 3 Chemin remplie de nids de poule anse meunier 1anse meunier de l'eauanse meunier 2végétation

Langue de belle mèrefougèrechampignon

anse meunier crabesPièges à crabes

bar flottant 1 Bar flottantbarbec' saucisse et patatestarte à l'ananas

jet ski sur la vagueJet skijet ski sur la plage coucher de soleil, morne larcher


conseils
Pour s’y rendre …
Au départ de Fort de France, direction Sainte Anne – Sur la D9, juste avant les Salines, prendre à droite sur Fond Moustiques. Roulez pendant 5 bonne minutes sur un chemin remplie de nid-de-poule, vous êtes arrivés !

A savoir …
Cette anse est beaucoup fréquentée par les locaux le dimanche mais surtout pendant le long week-end de Pâques. Les randonneurs sont aussi de passage sur cette anse puisqu’elle fait partie d’une des étapes du sentier de randonnée « La Trace des Caps – Anse Trabaud à l’Anse Caritan ».

Et vous, que pensez vous de l’anse Meunier en Martinique ?
Je vous dis à très bientôt sur le blog,

Marjorie