10 conseils pour réussir son road-trip en famille au Canada

Dernièrement, Nicolas et moi avons eu la chance de réaliser un de mes plus grands rêves : celui de faire un road-trip en famille au Canada. Cette destination nous a toujours attiré, un peu comme les Etats-Unis d’ailleurs, mais pour ce premier « grand voyage » avec les enfants sur un autre continent, on voulait quelque chose d’exceptionnel sans que ce ne soit trop compliqué à gérer dans l’organisation et la pratique de la langue.

Pour faire simple on a préféré miser sur la partie Est du Canada où l’on parle aussi bien le français que l’anglais. Une aubaine pour Nicolas qui ne maitrise pas cette langue aussi bien que moi. Nous voilà donc partis pour 3 semaines de road-trip à arpenter les plus belles routes canadiennes pendant les mois de mai et juin. Trois semaines de pur bonheur, de découverte, d’aventure, de partage et de rencontre qu’on n’oubliera pas de sitôt …

En tout cas, ce road-trip nous a ouvert les yeux sur pas mal de choses, notamment qu’un tel voyage sous-entend une préparation en amont et une certaine organisation sur place surtout quand on a des enfants. Voici donc tous nos petits conseils pour réussir votre prochain road-trip au Canada !

1 | Préparer son itinéraire avant le jour J pour le Canada

C’est peut-être un peu bête mais c’est vraiment la première chose à faire si vous partez là-bas. Ce continent est tellement vaste qu’il a bien fallut choisir quelle région on allait visiter et celle qu’on allait forcément mettre de coté. Comme notre avion atterrissait à Montréal, on a préféré se focaliser sur deux provinces : celle du Québec et du Nouveau-Brunswick. Avec les enfants, on ne voulait pas faire de la route non-stop encore que je trouve qu’on en a fait pas mal pendant ces trois semaines.

Ensuite, nous avons noté les endroits que nous voulions absolument voir lors de ce trip. Je vous conseille My Maps, un site plutôt pratique qui permet d’annoter des lieux sur une carte tout en les organisant dans des dossiers personnalisables (parcs, plages, musées …) avec lien url, description et photos pour compléter le tout. On s’en sert très souvent pour organiser nos voyages.

Nous avons pioché quelques idées de visites sur Pinterest, dans les guides touristiques ainsi que sur certains blogs de voyage comme celui des Bestjobers, One Day One Travel, Carnets de Traverse, Refuse to hibernate ou encore Happy US Book.

De là, est donc né officiellement notre itinéraire ! Dans la foulée, nous avons pu réserver les logements essentiellement du Airbnb (pratique pour cuisiner et faire baisser le budget nourriture), un gite et des hôtels. Et surtout calculer notre budget dans son ensemble : entre les hébergements, les activités, la nourriture, l’essence et la location de voiture … Ça commence vite à chiffrer ! On a donc écarté certaines visites soit par manque de temps soit par manque de moyen.

Gagnez 15 euros sur votre première réservation sur Airbnb en cliquant ici !

2 | Louer un 4×4 ou un SUV pour explorer librement les grands espaces canadiens

Notre road-trip était accès très nature avec beaucoup de parcs nationaux et des randonnées, des plages, un peu de ville aussi ainsi que de belles routes panoramiques dans les terres ou côtières … Au final, nous avons fait des milliers de kilomètres sur un court séjour. La question s’est donc posée de savoir si on louait une voiture familiale ou un 4×4. Finalement, nous avons tranché sur ce dernier pour plusieurs raisons :

    • Le volume du coffre :

Qui dit voyage en famille, dit 3 tonnes de valises ! En tout, on avait 4 valises en soute, 2 valises cabine des petits et 2 sac-à-dos. Sans compter les sièges autos et les courses qui vont avec puisqu’on louait principalement des Airbnb pour pouvoir cuisiner. Bref, on peut pas dire qu’on voyageait léger !

    • L’état des routes :

Dans certaines régions, les routes étaient pas mal défoncées et d’autres en travaux. Un inconvénient certes mais à coté de ça, les autoroutes sont gratuites ! Un véritable plus pour le budget.

    • Randonner dans les parcs nationaux : 

Lors de notre road-trip, nous avons exploré une bonne dizaine d’entre eux. Et forcément les routes à l’intérieur des parcs ne sont pas toutes goudronnées. De la route caillouteuse à la piste en pleine montagne, on était bien content par moment d’avoir un véhicule qui passe partout !

    • Notre invitée surprise : 

Et oui, au bout d’une semaine Jenny du Blog JDroadtrip nous a rejoint lors de notre aventure à l’autre bout du monde pour découvrir le Nouveau-Brunswick et le Bas-Saint-Laurent. Pour le coup, on était super content d’avoir une grosse voiture pour circuler à 5 ! Je peux vous dire qu’on a passé des vacances mémorables ! Jenny si tu passes par là, on repart quand tu veux ensemble ;)

3 | Ne pas se laisser surprendre par les distances en calculant les trajets d’un point A à un point B

Un des points importants lors de ces vacances est qu’on voulait éviter à tout prix de faire trop de route. On a donc minutieusement calculé notre trajet avec Google Maps entre nos hébergements et les activités. En général, on avait moins d’1h30 de route à faire pour éviter de rentrer trop fatigué surtout qu’on avait choisi qu’un seul conducteur pour la voiture pour ne pas avoir de frais supplémentaire. Dans l’ensemble, nous avons vu à peu près juste : nous avons parcouru 5000 km pour 83 H de conduite ! On détient notre record !

Pour se repérer, on utilisait le GPS de nos téléphones : soit avec l’application Google Maps soit avec Waze. L’avantage d’avoir un forfait téléphonique chez Free, c’est qu’on pouvait utiliser gratuitement les données à l’étranger.

Autre conseil qu’on a à vous donner c’est de faire le plein dès que vous le pouvez ! Certaines routes panoramiques du Nouveau-Brunswick sont très belles mais le soucis c’est qu’il n’y a aucune station service à l’horizon sur des kilomètres à la ronde. Comme dit le fameux proverbe : « vaut mieux en avoir trop que pas assez ! ». L’avantage de l’essence, c’est que si vous tombez en panne, vous n’aurez pas à changer le filtre à gasoil et à réamorcer le moteur …

4 | Être un conducteur expérimenté et prudent

Conduire au Canada demande une certaine dextérité qu’on n’imaginait pas lorsque l’on a préparé notre road-trip. Je m’explique :

    • Ne pas être un jeune conducteur :

Pour louer une voiture au Canada, il faut impérativement avoir plus de 21 ans et plus d’un an d’expérience de conduite. Sans oublier que la caution sera plus élevée et qu’un supplément sera demandé par jour pour couvrir l’assurance supplémentaire jeune conducteur.

    • L’état des routes :

Comme je vous le disais plus haut, la plupart des routes ne sont pas en aussi bon état qu’en France. Il faut faire attention aux nid-de-poule, aux travaux et aux ralentissements que cela engendrent. De plus, elles ne sont pas toutes éclairées la nuit, cela peut vite devenir dangereux surtout quand on se retrouve en peine nature.

    • Les animaux :

De tous les voyages que nous avons fait, c’est la première fois que nous avons croisé autant d’animaux sur les routes. Certes les paysages sont spectaculaires mais il faut savoir que là-bas, les animaux sauvages sont partout et cohabitent avec les hommes. Pour éviter toute collision (plus nombreuse d’avril à juin), il est impératif de redoubler de prudence lorsque vous roulez. Lisez bien les panneaux jaunes qui indiquent un danger surtout la nuit. Si vous avez la malchance de percuter un animal, freinez fermement et ne changez pas de voie. Sur nos trajets, nous avons croisé des ours brun, des orignaux, des castors, des écureuils, des renards, des ratons laveurs … De grands moments pour nous mais nous avons vite levé le pied à chaque fois pour éviter d’en écraser.

    • Boite automatique :

En louant une voiture au Canada, vous aurez systématiquement des boites automatiques à essence. Alors quand on est pas habitué à ce genre de conduite, il vaut mieux redoubler de prudence en laissant une distance de sécurité raisonnable entre vous et la voiture qui vous précède. Le gros avantage c’est que là bas, les routes et les rues sont très larges … Pas comme chez nous dans les petits villages de campagne !

5 | Avoir son appareil photo à portée de main

Quand on pense au Canada, on imagine tout de suite les grands espaces et les animaux sauvages. Si vous aimez la nature, vous trouverez certainement votre bonheur en les observant dans leur milieu naturel, sur les bords des routes … ou au coin de la rue ! Lorsqu’on roulait, j’observais systématiquement les environs pour débusquer les animaux. Et dès qu’on en croisait un, il fallait être rapide : avant même d’arrêter le véhicule, j’avais déjà mon appareil photo à la main et je commençais déjà à shooter ! Si on le pouvait, on se garait prudemment à une certaine distance et suivant l’animal, on descendait ou pas pour le regarder et le photographier. C’est d’ailleurs nos plus beaux moments lors de ce voyage … et de grands moments de franche rigolade avec Jenny !

D’ailleurs par moment, on n’avait pas besoin de sortir de la ville pour en croiser : on a eu l’occasion de croiser des ratons-laveurs et des écureuils (au moins une bonne centaine). Avec les enfants, on avait ce petit jeu lorsqu’on se promenait dans les rues de chercher les petits animaux au pied des arbres ou des maisons.

6 | Occuper les enfants pendant les longs trajets

Par chance, nos enfants ne sont pas très pénibles en voiture. Généralement, ils font la sieste ou bien ils jouent tranquillement. Mais il arrivait parfois, surtout vers la fin du séjour, que les trajets deviennent trop long pour eux. On les occupait alors de plusieurs manières :

    • Chercher les animaux sauvages :

Un petit jeu qui amusait surtout Mat’ 5 ans lorsqu’on était en voiture. Pour notre voyage au Canada, nous lui avons offert un appareil photo Kidizoom Duo pour faire des photos comme maman. Il ne l’a pas lâché d’une semelle ! Je me rappelle ce moment où il l’a fait tomber dans les rochers en contrebas alors qu’on explorait une cascade … Grand moment d’émotions pour aller le repêcher et il marche encore !

    • Des livres et des jouets :

Mat adore lire et Mimi est fan de Pat’ Patrouille. On leur a donc pris quelques petites choses pour les occuper. Par contre, pas de crayon lors du trajet car Mimi s’est amusée une fois à colorier la portière de la voiture … On a également trouvé des minis drapeaux canadiens, plutôt sympa pour faire des photos avec eux.

    • Un dessin animé sur la tablette :

Et dans le pire des cas, si la route était vraiment trop longue comme la fois où on a rejoint Montréal depuis Rimouski, on leur sortait l’Ipad pour qu’ils regardent un dessin animé (les Trolls ou les Minions).

7 |  Se protéger contre les insectes nuisibles au Canada

Malheureusement, tout ne peut pas être rose au Canada. Même là bas, les moustiques et autres petits insectes sont une véritable plaie selon les régions où on se trouve. Si vous ne voulez pas que vos vacances se transforment en véritable cauchemar, voici quelques conseils pour tenir à distance tous ces nuisibles :

    • Les moustiques :

À partir de mai / juin, ces petites bestioles envahissent le pays. Pour être tranquille, emportez avec vous une lotion anti-moustique ou bien portez des vêtements longs. Si vous le pouvez en été, louer des maisons avec des moustiquaires pour bien dormir la nuit.

    • Les mouches noires :

Une véritable attaque coordonnée à chaque fois qu’on entrait dans les parcs nationaux. Contrairement aux moustiques, les mouches noires mordent et se déplacent sous forme « d’escadron de la mort » comme aiment dire Nico. Ils adorent mordiller les chevilles, les bras et le cou. Si l’une d’entre elles vous piquent, évitez de vous gratter sinon ça va s’infecter. On a découvert lors de notre dernier parc national, qu’une lotion anti-mouche noire était vendue au public. Je vous la conseille pour éviter tout tracas !

    • Les tiques :

Sachez que sur l’ensemble du pays, on trouve des tiques porteuses de la maladie de Lyme. Lors du retour du beau temps, il est impératif de s’en protéger lors de balades en forêt, dans les sous bois ou encore dans les hautes herbes. Nos conseils : restez sur les sentiers, mettez des vêtements longs si vous devez trainer dans la végétation ou badigeonnez vous de lotion anti-moustique . Et si vous êtes piqués par une tique, allez à la pharmacie ou chez un docteur pour la retirer tout de suite (la maladie se transmet d’une tique infectée si elle reste plus de 24h). Dans certaines provinces, elles sont en augmentation constante. N’hésitez pas à consulter cette carte détaillée pour voir quelles régions sont les plus exposées.

8 | S’équiper pour toutes les saisons : vêtements chaud et froid

La météo au Canada varie beaucoup selon les saisons. Notre voyage a duré 3 semaines de fin mai à début juin et nous avons eu un temps assez mitigé : de la pluie, des jours de beaux temps avec des températures assez chaudes et enfin des journées plutôt fraiches où une petite veste était plus que bienvenue. Le matin et le soir, il faisait très frais 5 à 8°C alors que l’après-midi il pouvait faire jusqu’à 28°C ! On vous recommande donc d’emporter un peu de tout si vous partez à cette période de l’année !

N’oubliez pas de vérifier auprès de votre compagnie aérienne le nombre de bagages autorisés en soute et en cabine. Dans notre valise, nous avons emporté :

  • Un imperméable + une veste légère
  • un gilet + un pull + une chemise
  • Un jean + pantalons + leggings pour randonner
  • Un short + une robe
  • Des tee-shirt manches longues + manches courtes
  • Sous vêtements + chaussettes + pyjama + maillot de bain
  • Une paire de chaussure de randonnée + chaussure de ville (style converse) + claquette
  • Casquette ou chapeau + crème solaire indice 50 pour les loulous + lunette de soleil
  • Gourde + sac-à-dos + anti-moustique
  • Carnet de santé des enfants + trousse à pharmacie (très important car là bas c’est très cher et pas forcément dans le rayon libre service du drugstore) + trousse de toilette
  • Appareil photo + plusieurs cartes mémoires + batterie supplémentaire + adaptateur prise américaine + câble usb pour charger le téléphone sur la voiture + Ipad

9 | Toujours avoir du cash sur soi pour ne pas se retrouver sans argent

Et oui, et je vous dis ça par expérience ! Un jour alors qu’on sortait du centre marin du Nouveau-Brunswick, nous avons voulu acheter quelques souvenirs. Au moment de payer avec notre carte bleue, celle-ci a refusé tout net de passer ! Biensur, on avait plus de cash … Nous sommes allés retirer dans plusieurs DAB mais la carte ne passait toujours pas, je vous dis pas la frayeur. Heureusement pour nous, Jenny a pu nous dépanner le temps que la CB se débloque toute seule quelques heures plus tard. Bref, tout ça pour vous dire de ne pas faire la même erreur que nous : ayez toujours une bonne avance en espèce pour ne pas vous retrouver bloqué comme des andouilles. Surtout qu’on avait pas de deuxième carte bancaire …

D’ailleurs en parlant d’argent, pour éviter les frais bancaires et les commissions, nous avons souscrit une option auprès de notre banque : pour 12 euros par mois, on peut payer en illimité dans n’importe quel pays étranger ainsi que faire 10 retraits d’argent. L’idéal est de retirer le moins souvent mais le plus possible à chaque fois.

Pensez aussi à vous renseigner auprès de votre banque pour examiner les offres qu’ils proposent à ce sujet et surtout pour les prévenir de vos futurs déplacements à l’étranger. Imaginez s’ils considèrent vos paiements comme suspects et qu’ils bloquent la carte ! De plus sachez qu’en cas de vol ou de perte, il faut fournir le numéro ainsi que la date d’expiration. Alors notez les bien quelque part avec le numéro interbancaire (numéro d’assistance).

A savoir également, certains distributeurs au Canada ne prennent que les Visas et d’autres les Mastercard. Et pour finir, certains DAB font partie d’un réseau de retrait sans frais pour ces clients comme Scotiabank de l’Alliance Mondiale, Allpoint, HSBC ou Accel. Si votre banque a des partenariats avec les banques canadiennes, vous pouvez également en profiter !

10 | Souscrire un contrat d’assurance et d’assistance pour voyager sereinement

En partant au Canada, il était inconcevable pour nous de partir sans être assurés ! La carte vitale et la carte européenne d’assurance maladie CEAM atteste de vos droits pour bénéficier d’une prise en charge sur place de vos soins médicaux en France et dans l’Union Européenne. Par contre sachez qu’en dehors de l’Europe, seuls les soins médicaux urgents ou imprévus pourront éventuellement être pris en charge par la sécurité sociale à votre retour.

Dans certains pays comme le Canada ou les Etats-Unis, les frais médicaux coutent extrêmement chers. Il est donc plus que recommandé de souscrire à un contrat d’assistance ou d’assurance avec rapatriement sanitaire surtout quand on part en famille, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Alors oui, il nous est rien arrivé là bas mais je préfère payer pour rien et voyager l’esprit tranquille.

Pour ces trois semaines, nous avons choisi de souscrire une assurance chez Chapka Assurance. On avait le contrat Cap Assistance s’élevant à 333,20 euros pour nous quatre. Cette assurance-assistance couvre les séjours jusqu’à 90 jours n’importe où dans le monde. Elle comprend l’assurance rapatriement 24h sur 24h ainsi que le remboursement de tous les frais médicaux et d’hospitalisation jusqu’à 500 000 euros. Un véritable plus non négligeable puisqu’ils doivent être les seuls à proposer ce plafond là pour le Canada et les Etats-Unis. On avait également souscrit l’option assurance annulation jusqu’à 8000 euros. Pour avoir discuté avec leur équipe, je vous les recommande les yeux fermés : ils sont réactifs, professionnels et à l’écoute. Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter leurs offres suivant le type de voyage que vous allez faire.


BONUS
Prendre l’avion sans se stresser, c’est maintenant possible avec le service voiturier d’Ector

Je ne sais pas vous mais à chaque fois que nous avons pris l’avion (au moins une bonne trentaine de fois), c’est toujours synonyme de grosse galère : il faut arriver à l’heure, trouver une place pour se garer, décharger les valises et marcher des kilomètres jusqu’au terminal en espérant que le comptoir d’enregistrement ne soit déjà pas pris d’assaut … Bref un grand moment de stress qu’on se passerait bien !

A l’occasion de notre voyage au Canada, on nous a proposé de tester les services d’Ector. Une aubaine pour nous puisqu’on partait des aéroports de Lyon. On avait personne pour nous y amener donc on allait devoir laisser la voiture sur le parking ouvert pendant 3 bonnes semaines. Ector est un service de voiturier qui s’occupe de stationner votre voiture dans un parking privé, sécurisé et surtout assuré pour un tarif bien moins cher !

Le jour du départ, on s’est donc garé au dépose minute juste en face du hall de l’aéroport. Un voiturier avec un tee-shirt jaune nous attendait pile à l’heure que l’on avait sélectionné grâce à notre réservation en ligne. Il nous a aidé à décharger notre voiture et à mettre tout ça sur un chariot. Après avoir fait le tour de la voiture, nous lui avons donné les clefs et nous avons filé directement au guichet d’enregistrement. On avait plus rien à faire, Ector s’en est chargé pour nous. Pratique, rapide et pas cher, on valide ! Trois semaines de gardiennage coute environ 175 euros.

A notre retour, Ector nous attendait sagement au dépose-minute. La voiture était nickel, on a même pas eu besoin de charger nos valises, il s’en est occupé pour nous ! Et hop, nous voilà repartis pour la maison en 5 minute de temps. Ector est présent dans 28 gares et aéroports comme Lyon, Marseille, Paris, Lille, Nice …

BÉNÉFICIEZ D’UN CODE PROMOTION !
10 € offert lors de votre première réservation avec le code : u5AD51Q182218

On espère que cet article vous aidera dans votre prochain road-trip au Canada ;)
Si vous avez aimé, n’hésitez pas à commenter, partager et épingler !

A très bientôt sur le blog,

Marjo & Nico

* Ce voyage fait suite au concours Challenge & Vous – Explore Family que nous avons gagné avec les Aéroports de Lyon


Si vous aimez les destinations où le soleil est au rdv toute l’année, pensez à nous rejoindre sur notre nouveau groupe FB « Voyager et Vivre au soleil » ;)

Total
20
Shares

3 commentaires

    1. Coucou Jenny, oui c’est clair qu’est ce qu’on s’en est payé des barres de rire :) Super merci, hâte de découvrir tes articles ;) Et c’est quand tu veux, on va ou ? lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

elit. ultricies pulvinar quis elit. vulputate, ut lectus efficitur. id id