Hervé, installé en Martinique depuis 10 ans

Et voilà, une année de plus vient de passer. Et pour commencer 2015, je partage avec vous le témoignage d’Hervé qui s’est installé en Martinique depuis une dizaine d’années. Merci encore pour tes photos et d’avoir pris le temps de répondre à mes (nombreuses) questions ! Si vous souhaitez participer à cette nouvelle série d’articles de portraits d’expatriés en Martinique, contactez nous via le formulaire du blog ou bien à mon adresse mail tipiment.contact@gmail.com !


 

………………………
< PRESENTATION >
………………………

Bonjour ! Je m’appelle Hervé et j’ai 53 ans. Je suis ici depuis 10 ans et je réside au Robert. Comment j’ai atterri en Martinique ? Eh bien, j’ai déjà voyagé en Guadeloupe, à la Réunion, à Mayotte … Et comme j’étais déjà venu en Martinique en 2000, suite à un divorce, j’ai pris la décision de venir vivre ici.

………………..
< LOGEMENT >
………………..

Au départ lorsque j’étais célibataire, j’ai logé dans un appartement à Balata (Fort-de-France). Au départ, la Martinique ne devait être qu’une tranche de vie … Mais j’y ai rencontré l’amour et le bonheur, et c’est avec ma compagne que nous avons donc construit notre demeure. Une maison au Robert avec de l’espace pour les enfants, car nous avons deux filles.

.

 

……………………………..
< LE DEMENAGEMENT >
……………………………..

Pour le déménagement j’avais tout planifié et organisé : j’avais pris une entreprise spécialisée dans le transit international. Le prix, je ne me souviens plus, c’était il y a dix ans … Mais je me souviens que ce n’était pas donné ! Je suis venu sans animaux et sans voiture : j’en ai pris une ici, une occase de base pour bosser. Par contre, je me souviens être parti en hiver de mes Vosges, alors qu’il y faisait – 17° en plaine et -22 ° en montagne cette année là avec des records de neige ! Mes dernières neiges … J’en ai un peu bavé les 6 premiers mois : les moustiques m’ont dévoré, le temps que se tanne mon épiderme.  J’avais pris un aller simple pour FDF qui était presque au même prix qu’un AR !

………………..
< LE TRAVAIL >
………………..

Pour le travail,  j’avais demandé une mutation. Je suis infirmier : le temps de m’installer, de trouver mon appartement de l’époque, puis je commençais le boulot avec un salaire majoré de 40% par rapport à la métropole. Par contre, je me suis vite retrouvé dans le bain de la vie martiniquaise,  du créole. En effet, travaillant avec l’homme et ses souffrances, bon nombre de mes patients s’expriment en créole. Les collègues et la transmission en créole est comme une chose évidente et naturelle que j’ai vite intégré. Non seulement je peux le comprendre et le parler, mais je dois avouer que cette créolisation m’a ouvert des portes socialement, humainement et culturellement parlant.

………………….
< LES TRAJETS >
………………….

Aujourd’hui, je roule toujours en voiture pour mes déplacements. Certes j’ai changé de véhicule depuis, je me suis fais plaisir … Et j’ai évolué professionnellement  car je travailel toujours pour l’hôpital mais en ambulatoire au domicile des patients, avec de vieilles autos de fonction. Là aussi, ça m’a permis de mieux connaître la Martinique et les martiniquais, de rencontrer bon nombres de personnes, et quelques fois d’y constater une réelle détresse … En cause de nombreux facteurs : sociaux, insulaires, un outils de santé pauvre, et aussi quelques fois à cause de la toxicomanie !

…………………
< LA FAMILLE >
…………………

Je vis donc en couple avec une charmante antillaise, et nous avons deux enfants métissés de 3 et 10 ans. Ma famille est ici, tout comme mes amis !


……………………….
< SCOLARISATION >
……………………….

Les enfants sont scolarisés normalement, et au delà de ça, ils baignent dans la culture créole et également dans la culture vosgienne.  A la maison, on y parle autant le français que le créole sans aucun soucis, et on mange des dombrés comme de la choucroute. Il nous arrive même de métisser nos repas comme le flammekueche au lambi !

polahervé1
……………………..
< LA VIE SOCIALE >
……………………..

Même si j’ai gardé des liens avec mes amis de là bas et la famille (merci les réseaux sociaux), ma vie est désormais ici : ma famille est martiniquaise et je n’ai jamais rencontré de racisme ici ! Des cons oui comme partout, mais pas de racisme … Et à ce sujet, je voudrais juste apporter une précision : il est vrai que la première et sans doute la deuxième année je pouvais me sentir expatrié, loin de mon pays des Vosges. Mais quand on regarde bien la définition du mot expatrié, qui est de « sortir de sa patrie »,  je suis désolé mais la patrie française est aussi ici. Et par expérience, je peux te dire que les martiniquais y tiennent à cette appartenance à la patrie française comme lors du vote des articles 73 et 74 où 80% des martiniquais ont voté le maintien dans le système actuel. Ni plus ni moins que les corses, les alsaciens, les bretons … Les martiniquais ont aussi la volonté de faire entendre leurs spécificités locales et insulaires. Et qu’il y a t’il de mal à ça ? Donc je me sens pleinement martiniquais et français aussi. Tout comme mes concitoyens, je ne suis pas un expat’ mais un français, un vosgiens, créolisé tout simplement.
La Martinique est un département à part entière, et entièrement à part aussi. Mais un breton qui va vivre en corse est il plus expatrié ? Il faut bannir ce dogme et sortir de ce cliché surtout quand on sait le prix que les martiniquais ont payé socialement pour être départementalisé, le prix pour que la mère patrie reconnaisse comme sienne la Martinique et que soit appliqué les mêmes lois que là bas, février 74, décembre 1959, l’assassinat d’André Aliker 1936 …
Les martiniquais ont payé le prix du sang pour être français, alors je pense que tu peux comprendre que le terme d’expatrié puisse me faire réagir !

 

……………………….
< LA VIE SUR L’ÎLE >
……………………….

Alors grâce à mon boulot, je me suis retrouvé au cœur de la vie martiniquaise mais également dans des événements tout particuliers :  à commencer par le crash du 16 août 2005 en intégrant une cellule d’urgence et de soutien. J’y ai découvert une autre facette de la société martiniquaise. Puis le 16 août 2007 c’était le cyclone Dean : là j’ai vécu le quotidien de tout le monde, la solidarité, l’entraide … Il y a eu le tremblement de terre du 29 novembre 2007 et un événement social majeur pour la Martinique qui est la grève de février 2009 : un conflit majeur qui a duré 44 jours (grève générale). Un autre événement important pour les martiniquais : le décès d’Aimé Césaire le 17 avril 2008, deuil national. Et pour finir le 12 janvier 2010, le tremblement de terre de Haïti avec la participation active de la cellule d’urgence.
Voilà en résumé mon job, mes patients, mes collègues, et les événements pré-cités m’ont permis de me plonger au cœur de la société martiniquaise, et m’ont amené à voir la vie sous un autre angle. Sinon depuis que je suis ici, j’ai passé mon permis bateau et j’ai décroché mon niveau 2 de plongée. Je me suis remis à la guitare aussi.
J’aime ma vie ici et je ne me vois pas repartir « là bas » d’autant qu’en dix an,s la vie en métropole a bien changé et pas dans le bon sens, je ne reconnais plus ce pays d’où je viens, je m’y sens comme étranger

 

…………………………………………..
< LA MARTINIQUE EN GENERAL >
……………………………………………

La Martinique est très belle : il y a, malgré sa petitesse, milles choses à voir et à vivre. Il ne faut pas, pour appréhender la Martinique, se contenter de l’image doudouiste de la plage et des cocotiers. C’est beau certes mais il n’y a pas que ça, il y a aussi une vie, des coutumes, une culture … Et la carte postale à son revers, et c’est en intégrant la Martinique dans sa globalité, dans sa créolité, dans ses défauts aussi qu’on peut l’aimer réellement et complètement.
Il faut vivre ses fêtes : Noël, carnaval, pâques … Mais aussi aller découvrir et vivre le bêlé, le danmié, le pitt, sortir des circuits touristiques, intégrer ses croyances, le magico-religieux, l’héritage de son passé colonialiste, l’inconscient collectif qui plonge ses racines jusque dans l’esclavage. Et c’est en intégrant cela que l’on comprend et que l’on peut aimer la Martinique.
Au niveau culinaire, j’aime tout et quand je dis tout c’est vraiment tout !! La gastronomie est délicieuse et généreuse, tout comme les martiniquais, mais ce que j’aime aussi c’est métisser les plats, mélanger les saveurs et les influences : un foie gras poêlée avec une compoté de mangue et ses épices par exemple.

……………………
< LES VOYAGES >
……………………

Je suis allé à Sainte Lucie, en Dominique, à Saint Dominique, en Gwada … Et je plonge aussi et j’aime ça ! Chaque plongée est unique et est un voyage en soi …

 

……………………………………………
< UN BLOG, UN SITE INTERNET ? >
……………………………………………

J’ai également crée une page : beetle club 972 sur facebook, en lien avec une autre passion.

………………………………………………….
< DES CONSEILS, UN DERNIER MOT ? >
…………………………………………………..

Des conseils ? Il fait bon vivre ici mais comme je le disais la carte postale à son revers. Et venir ici pour fuir des problèmes de là bas n’est jamais la solution, j’ai vu bon nombre de métros venir sans se donner la peine de chercher à comprendre, à apprendre l’histoire de la Martinique. Ils se permettent des jugements, des critiques idiotes et infondées et sont repartis aussi bêtes qu’ils sont venus avec en plus cet argument : la Martinique je connais (???). Ces métros qui ont un comportement colonialiste, il y en a encore malheureusement, où tout doit être fait ici pour leur rappeler leur « France ». A ces gens là, je me permet de leur conseiller de rester là bas, ils ne vont pas vivre heureux ici, certes il vont venir et profiter. Là est le mot : profiter des plages et des 40%, c’est tout.
Pour les autres, ça sera une expérience formidable qui vont les marquer à jamais. Et même quelques uns ne repartiront pas, autrement dit ceux là ne seront plus ou pas des expat’, mais deviendront des martiniquais, comme on peut devenir vosgiens, bretons, alsaciens …
Voilà je ne suis plus un expat’ Marjorie, j’ai pris racine dans ce petit morceau de France et comme disait le poète créole Saint John Perse : « heureux celui qui a compris que la terre promise est sous ses pieds ». Je tiens à te dire que j’aime aussi ton travail car à travers tes très belle photos, tu contribues à ta manière à promouvoir et à faire connaître positivement la Martinique et je t’encourage dans cette démarche.


Vous souhaitez apporter votre témoignage ? Envoyez donc un mail à tipiment.contact@gmail.com
Retrouvez toute l’actualité de Carnet de Ti’ Piment sur les réseaux sociaux ou bien en vous inscrivant tout simplement à la newsletter gratuite du blog.

A très bientôt sur le blog,
Marjorie

13 commentaires

  1. Sympa cet interview riche en infos sur l’histoire de l’île et sa société. J’apprécie les précisions d’Hervé sur le terme expatrié, qui moi aussi me dérangeait… bonne journée !

  2. Super témoignage! Ca fait plaisir de lire celui de quelqu’un d’autre et d’avoir d’autres impressions! Je suis completement d’accord avec le fait qu’il y a beaucoup d’autres choses que les plages a voir en Martinique! en deux ans et en bougeant chaque semaine pour découvrir des nouvelles choses, il y en a encore tellement que nous aimerions voir! Si belle cette Martinique!

  3. merci Marjorie pour cette tribune, cette porte ouverte sur la libre expression surtout en ces jours ci, un beau travail de mise en page, tchmbé rèd pas moli, man di’ou sa, é plis fos ti piman, lavi’a dous lavi’a bel isi’a pou tout moun ki ni lèspri ouvè é ki ni tché ouvè, mési an pil

  4. Bravo pour ce témoignage riche et touchant.
    Nous avons de la famille en Martinique et dans 2 ans nous partirons nous installer pour notre retraite et deviendrons martiniquais à part entière !
    Quand on arrive dans une nouvelle ville, vie il faut s’adapter entièrement et je suis d’accueil avec Hervé !
    Alors à très bientôt !

  5. Très jolie lecture ! J’étais à la recherche d’un témoignage ,notre famille va s’y installer prochainement, et comme Hervé ..suis vosgienne ! et ide !..S’adapter intelligemment …Merci !

  6. Bonjour,
    Je suis vraiment touchée de découvrir un site aussi bien tenu avec autant de belle photo, de bienveillance et de tendresse pour Madinina alors merci pour toutes ces douceurs.
    Je suis Martiniquaise vivant depuis 8 ans en France continentale et je souhaite rentrer avec mon chéri sur l’île. Je revenais régulièrement en vacance voir de la famille donc je connais en partie le coût de la vie. Néanmoins, j’aimerai avoir, si possible, un petit récapitulatif du coût de la vie et des possibles « bon plan » : location et achat de maison, alimentation, voiture et frais, santé, téléphone fixe/ portable/ internet, électricité….si possible pour le secteur FDF, Ducos, Lamentin…Je suis étudiante IDE bientôt diplômée SDV :-)
    Cela ne pourra que nous aider à préparer notre possible dépars pour Août 2016 environ
    Un grand merci d’avance et à très vite j’espère.

    1. Bonjour Lily et merci :) Sur le site j’ai écrit quelques articles sur la vie en Martinique notamment sur le cout de la vie et les bons plans. Tu le trouveras dans la catégorie « Martinique – notre quotidien « . N’hésites pas si tu as d’autres questions. A bientôt, Marjorie

  7. J’ai apprecié beaucoup votre article et vous serais obligé de me faire savoir si l’on peut vivre là-bàs avec une pension de 1000 euros pour un citoyen italien. Est-ce qu’il y a des problèmes de type légal aussi? Merci, Monsieur.

  8. Je viens de lire ce témoignage touchant et respectueux , pour ma part je suis tombé amoureux de la Martinique en 2015, pour ses plages et ses cocotiers bien sur mais également pour la façon de vivre des insulaires.je suis d’un naturel souriant et respectueux et effectivement l’on se doit ,que ce soit dans la région ou le pays qui nous accueille ,de respecter et mème de participer aux us et coutumes.Bien sur les Martiniquais sont non chaland « pa ni pwoblem », mais quelle belle leçon de vie ils nous donnent là ,a nous qui courront toute la journée en Métropole pour aller toujours plus vite ! une petite anecdote: en repartant de Martinique lorsque nous avons rendu notre véhicule de location,je disais a mon épouse: »pourvu qu’il y ai une gréve surprise afin que l’on reste quelques jours de plus » et là un vacancier qui m’avait entendu me dit  » j’espere que non ,que l’on rentre vite j’en ai marre de ces freinants de Martiniquais » je lui ai conseillé une autre destination pour ses prochaines vacances !!! je ne l’ai pas traité de connard mais le cœur y était !!! Mon rêve partir vivre en Martinique ! je le réaliserai je le sais ! encore un ou deux ans et le rêve deviendra réalité. Il me tarde d’apprendre le Créole !!! mes frères Martiniquais je vous aime !!!

  9. Bonsoir ! je suis en métropole et je viens de lire le témoignage d’Hervé sur sa vie en Martinique. Ça fait un bien fou de lire un tel témoignage, une personne qui a su s’intégrer et s’imprégner de la vie martiniquaise et pas uniquement des plages et des cocotiers. Avec mon mari nous avons le projet de nous y installer aussi avec notre puce de 2 ans 1/2. J’aimerais être en contact avec Hervé et/ou d’autres personnes ayant cette expérience de changement de vie car on ne sait pas vraiment par où commencer, comment s’y prendre…..et encore pleins d’infos à connaitre. Merci beaucoup pour votre réponse, votre aide et votre blog qui nous inspire. A très bientôt j’espère !

Laisser un commentaire